Le CIS


Tiré du site web de la  « Société canadienne du cancer » 
http://www.cancer.ca/

CANCER INFLAMMATOIRE DU SEIN

Le cancer inflammatoire du sein (CIS) est un type peu courant de cancer du sein puisqu’il représente seulement de 1 à 4 % de tous les cas de cancer du sein. Le CIS n’est pas causé par une infection ou une inflammation du sein. Le mot inflammatoire décrit plutôt l’apparence du sein atteint de ce type de cancer.

Le cancer inflammatoire du sein prend naissance dans les canaux mammaires. Les cellules cancéreuses passent des canaux aux vaisseaux lymphatiques (tubes qui font circuler la lymphe) de la peau du sein.

Signes et symptômes

Les symptômes du cancer inflammatoire du sein diffèrent de ceux des cancers du sein plus courants. Les symptômes sont causés par la présence de cellules cancéreuses dans les vaisseaux lymphatiques de la peau, ils peuvent apparaître soudainement et varier d’une femme à l’autre.

Les signes et symptômes du cancer inflammatoire du sein peuvent être les suivants :

  • sein qui est chaud au toucher
  • changements de la peau du sein :
    couleur rose, rouge 
    La couleur peut passer de pâle à foncé au fur et à mesure que le cancer évolue.
    capitonnée comme la peau d’une orange (peau d’orange)
  • bosses ou saillies
  • sein sensible ou douloureux
  • sein enflé ou qui augmente soudainement de volume en peu de temps
  • sein ou mamelon qui pique
  • épaississement du tissu mammaire
  • changements du mamelon : inversion du mamelon, écoulement
  • masse au sein – rare
  • ganglions lymphatiques enflés à l’aisselle (ganglions axillaires) ou au-dessus de la clavicule

Les symptômes du cancer inflammatoire du sein peuvent ressembler à ceux d’une infection mammaire (mastite), qu’on peut efficacement traiter avec des antibiotiques. On devrait discuter avec son médecin si les symptômes ne disparaissent pas malgré le traitement aux antibiotiques. Il est possible qu’on doive faire d’autres examens pour écarter un diagnostic de cancer inflammatoire du sein.

Diagnostic

Si les signes et symptômes du cancer inflammatoire du sein se manifestent, ou si le médecin soupçonne la présence d’un tel cancer, on fait des examens afin de poser un diagnostic.

Les examens effectués pour diagnostiquer un cancer inflammatoire du sein peuvent comprendre ceux-ci :

examen clinique des seins (ECS)
mammographie
On observe rarement une masse à la mammographie dans le cas du CIS.
Le cancer inflammatoire du sein peut apparaître à la mammographie comme un épaississement de la peau du sein ou une plus grande épaisseur ou densité des tissus mammaires.
échographie
On peut faire une échographie du sein pour savoir si le cancer s’est propagé aux ganglions lymphatiques de l’aisselle (ganglions axillaires).
On peut aussi y avoir recours pour guider une biopsie.
biopsie par forage
biopsie chirurgicale
biopsie à l’emporte-pièce – à la recherche de cellules cancéreuses dans les vaisseaux lymphatiques de la peau du sein
analyse du statut des récepteurs hormonaux
analyse du statut HER2

Pathologie et stadification

Le cancer inflammatoire du sein peut se développer et se propager rapidement. Les cellules cancéreuses se sont souvent déjà propagées aux ganglions lymphatiques de l’aisselle (ganglions axillaires) au moment du diagnostic.

On classe le CIS selon le système de stadification du cancer du sein :

stade III (IIIB ou IIIC) – Le cancer est détecté seulement dans un sein ou dans les ganglions lymphatiques de l’aisselle ou bien dans les deux.
stade IV – Le cancer s’est propagé jusqu’à des emplacements éloignés (poumons, foie, os ou ganglions lymphatiques éloignés).

Pronostic du cancer inflammatoire du sein

Il est possible que les femmes atteintes d’un cancer inflammatoire du sein se posent des questions sur leur pronostic et leur survie. Le pronostic et la survie dépendent de nombreux facteurs. Seul le médecin qui connaît bien les antécédents médicaux de la femme, le type de cancer dont elle est atteinte, le stade et les caractéristiques de la maladie, les traitements choisis et la réaction au traitement peut examiner toutes ces données de concert avec les statistiques de survie pour en arriver à un pronostic.

Le cancer inflammatoire du sein est une forme agressive de cancer du sein. On le diagnostique souvent à un stade avancé, lorsqu’il s’est propagé à d’autres parties du corps. Comparativement au pronostic d’autres formes de cancer du sein, le pronostic du cancer inflammatoire du sein est moins favorable.

Traitement

On traite le cancer inflammatoire du sein comme tout autre cancer du sein localement avancé qu’on ne peut pas enlever par chirurgie (stade IIIB et stade IIIC). Le traitement débute dès que possible et comporte habituellement une association de traitements, dont ceux qui suivent.

Chimiothérapie

Pour traiter un cancer inflammatoire du sein, on a souvent recours au départ à la chimiothérapie néoadjuvante afin de réduire la taille de la tumeur et de détruire les cellules cancéreuses qui auraient pu se propager vers d’autres parties du corps.

La chimiothérapie pour un cancer inflammatoire du sein comprend habituellement une association de médicaments puisque cela s’est révélé plus efficace que l’administration d’un seul médicament.

Les associations chimiothérapeutiques les plus utilisées pour traiter le cancer inflammatoire du sein sont les suivantes :

AC
doxorubicine (Adriamycin) et cyclophosphamide (Cytoxan, Procytox)
AC / Taxol
doxorubicine et cyclophosphamide, suivies de paclitaxel (Taxol)
AC / Taxol (dose-densité)
doxorubicine et cyclophosphamide, suivies de paclitaxel, l’intervalle entre les administrations étant moins long (dose-densité)
On administre habituellement cette association avec du filgrastim (Neupogen) ou du pegfilgrastim (Neulasta).
TC
docétaxel (Taxotere) et cyclophosphamide
TAC (ou DAC)
docétaxel, doxorubicine et cyclophosphamide
FAC (ou CAF)
cyclophosphamide (par la bouche), doxorubicine et 5-fluorouracil (Adrucil, 5-FU)
CEF
cyclophosphamide (par la bouche), épirubicine (Pharmorubicin) et 5-fluorouracil
FEC
cyclophosphamide (dans une veine, ou voie intraveineuse), épirubicine et 5-fluorouracil
FEC ? T
cyclophosphamide, épirubicine et 5-fluorouracil, suivis de docétaxel
CMF – IV
cyclophosphamide (intraveineuse), méthotrexate et 5-fluorouracil
CMF – PO
cyclophosphamide (par la bouche), méthotrexate et 5-fluorouracil
Taxol ? FAC
paclitaxel, suivi de cyclophosphamide, de doxorubicine et de 5-fluorouracil

On peut faire une mammographie après plusieurs cycles de chimiothérapie pour savoir si le cancer a réagi au traitement. On compare ce cliché mammaire à celui qui a été pris lors du diagnostic.

Si le cancer inflammatoire du sein ne réagit pas à la chimiothérapie administrée, on peut proposer d’autres associations chimiothérapeutiques mais on ne pratiquera pas de chirurgie.

Pour obtenir des renseignements sur des médicaments spécifiques, consultez la section Sources d’information sur les médicaments.

Thérapie biologique

Si le cancer inflammatoire du sein est HER2 positif, on administre alors du trastuzumab (Herceptin) avec une chimiothérapie.

Chirurgie

Si le cancer inflammatoire du sein réagit à la chimiothérapie néoadjuvante, on pourrait proposer une chirurgie :

mastectomie radicale modifiée
évidement ganglionnaire axillaire
On pratique cette chirurgie dans la plupart des cas de cancer inflammatoire du sein.

Radiothérapie

Après une mastectomie ou une chirurgie mammaire conservatrice, on administre une radiothérapie externe à la paroi thoracique et aux ganglions lymphatiques du thorax, de l’épaule et de l’aisselle.

Traitement adjuvant

On peut administrer un autre traitement après une chirurgie et une radiothérapie (traitement adjuvant). Les types de traitement adjuvant qu’on peut proposer pour le cancer inflammatoire du sein sont les suivants :

Hormonothérapie

On peut proposer l’hormonothérapie aux femmes atteintes d’un cancer inflammatoire du sein dont les récepteurs hormonaux sont positifs. Les types d’hormonothérapie proposés sont les suivants :

tamoxifène (Novaldex, Tamofen)
inhibiteurs de l’aromatase – après la ménopause (femmes postménopausées)
anastrozole (Arimidex)
létrozole (Femara)

Chimiothérapie

On peut prolonger la chimiothérapie après la chirurgie d’un cancer inflammatoire du sein.

Thérapie biologique

Si le cancer inflammatoire du sein est HER2 positif, on administre alors du trastuzumab (Herceptin) avec une chimiothérapie.

Références
2012 Société canadienne du cancer. Tous droits réservés.
Imprimé: 2012-07-05
La Société canadienne du cancer offre seulement de l’information d’ordre général et ne peut garantir que celle-ci soit exempte d’erreur ou complète. La Société canadienne du cancer n’évalue pas la qualité des renseignements ou services offerts par d’autres organismes et n’approuve ni ne recommande aucun service, produit, traitement ou thérapie. Avant de prendre toute décision de nature médicale, demandez conseil à un professionnel de la santé.

18 réflexions sur “Le CIS

  1. Bonjour depuis quelques temps j’ai mal sous mon bras et m’aperçois que j’ai 2 boules plus brûlure à l’intérieur de mon sein droit. J’ai rdv avec ma gynécologue en début août. Il y a un peux plus de 2 ans je me suis fait opéré du cancer de mon sein gauche plus curage, donc chimiothérapie et la radiothérapie qui ma laisser des séquelles sans compter un lymphodoeme bref je sais pas quoi en pensé es ce dans ma tête d’avoir toujours peur dune récidive.

  2. Bonjour, j’ai 22ans! Ma mère est morte du cancer du sein quand j’avais 6ans. J’ai déja eu recours à une mammographie à 19ans suite à la découverte d’un nodule dans mon sein gauche mais rien.. Maintenant j’ai le mamelon gauche qui le démange horriblement sans que je sache pourquoi, je n’en ai pas encore parlé à mon père de peur qu’il se réfère immédiatement au cas de ma mère. Merci de m’aider svp

  3. Bonjour a toutes. Depuis près de 6 mois j’ai des démangeaisons au téton droit, et depuis un certain temps des sensations de brûlures à l’intérieur du sien au dessus du mamelon. Est ce comme toi? J’ai vu un premier gynécologue qui m’à prescrit une crème, mais rien n’y faisait…. puis un deuxième avec une autre crème. .. il y a 3 mois, entre temps les douleurs un peu plus présentes et les brûlures sont apparu. Je l’ai vu hier et il m’à prescrit encore une crème pour les démangeaisons et une eco mammaire…. qu’en pensez vous? J’ai tore de m’inquiéter? Des conseilles?

  4. Moi c’est françoise j’ai 24 ans et j’élève sle ma fille de 03 ans….ya une semaine environ k g constate des brulures sr mn sein gauche…j’ai pris rdv avec mn médecin et ça me fait super peur…

  5. Bonjour.
    En 1995 ma mère souffrait d un sein inflammation mamelon qui rentrait vers l intérieur c était pas joli à voir ..un premier médecin lui à prescrit une crème.mais ça empirait .elle à été voir un autre médecin mais du temps avait passé…septembre1996. Diagnostic cancer inflammatoire . Elle à suivi sa chimiothérapie puis ablation du sein et des ganglions radiothérapie août 1997 bonne nouvelle…..jusqu’à 2002 rechute le cancer était passer à d autres organes. Elle s est éteinte le 14 mai 2004 à 58 ans.aujourd’hui je veux parler de ne pas rester sur un avis médical, ne pas hésiter à aller voir d autres médecins et surtout au moindre symptôme ne pas attendre…maman avait déjà trop attendu
    et à cette époque nous ne connaissions pas
    cette maladie

    ganglions radiothérapie.

  6. Bonjour ! J’ai 33 ans et je suis une maman monoparentale d’une fille de 12 ans.Il y a quelques jours,le 13 février ,le médecin chirurgien m’a donné mes résultats de ma biopsie chirurgicale ,et m’a dit que j’ai une tumeur cancer inflammatoire du sein.Il avait gratter l’abcès quand il m’avait endormie il y a 2 semaines pour analyser et finalement s’est pas l’abcès le problème mais la tumeur qu’il a vu.Je dois faire une douzaine de chimiothérapie dans les prochaines semaine et faire toute les radiographie des os,poumons,foie ect… Dans les prochains jours.Le médecin chirurgien m’a dit qu’il enlèvera le sein au complet pas tout de suite .Se sera à venir après la chimiothérapie.Sa m’inquiète et sa me fais très peur.Ma vie viens de prendre tout un revirement en si peu de temps et je suis très nerveuse et angoisser à tout l’inconnu que je vais traverser.Je suis de la ville de Terrebonne.

    • Je suis a l’extérieur mais je vous reviens des que possible aujourd’hui. Je suis désolé que vous ayez eue cette mauvaise nouvelle… Mais vous offre mon amitié pour vous aider entre temps. Xxoxo

    • Bonjour Roxane,

      Ma soeur a fait un cancer du sein inflammatoire l’an passé. Elle a courageusement passé à travers les traitements de chio, radio et l’ablation totale de son sein. Au moment d’écrire ses lignes, elle se porte très bien. J’éprouve beaucoup de compassion en te lisant, d’une part, parce que ma soeur a été éprouvée par la même maladie et aussi parce que je suis moi-même une mère monoparentale. Je peux donc très bien comprendre ce que tu ressens. Je t’ envoie mes meilleures pensées. Ne désespère pas, le moral est très important. Reste positive, il y a des gens qui s’en sortent. Il faut toujours garder espoir. Tu as une fille qui a besoin de toi, la Vie va faire en sorte que tout se passe bien.

      • Bonjour je vais faire 70 ans bientôt j ai pas mal de symtomes j ai déjà eu un cancer au sein gauche et maintenant c est le sein droit il a gonfle il est très chaud je fait un scanner le 22 juin j espère avoir des résultats suis de tout coeur avec vous amitiés

    • Le cancer inflammatoire du sein est un cancer rare (il compte pour environ 4% de tous les cancers du sein).

      Il est souvent confondu avec une mastite qui est une infection bénigne qui peut survenir lors de l’allaitement. Si ton sein est rouge, enflé, etc. va voir ton médecin qui te prescrira un antibiotique.

      S’il n’y a pas d’amélioration après une semaine d’antibiotique, il faut RETOURNER voir le médecin.

      Je ne suis pas médecin et je ne donne pas de conseil médical, mais par expérience, je sais qu’il vaut mieux avoir l’air fou et se poser la question, que d’ignorer et de le regretter ensuite.

      Bonne chance, si tu veux tiens moi au courant.
      Bises, xx

  7. bjr j’ai les meme symptomes que danielle, mais moi e nest pas fait d’examen quand j’ennest parlé au medecins elle ma donné une creme pour ne plus me gratté, mais les gratouilles sont tjr la et sa me reveille meme la nuit, ainsi que les brulures

    • Le CIS évolue tout de même assez rapidement, de nouveaux symptomes pourraeint apparaître s’il s’agit bien de cela. Si après la fin de la posologie de la crème (ou une à deux semaines), les démangeaisons sont toujours présentes, demandez un 2e avis (d’un autre médecin).

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s