CHIMIO 4: Je me releve enfin, mais ce n’est pas terminé…

Je me releve enfin, mais ce n ‘est pas terminé. Les douleurs vont diminuer je suppose + jespere…

Je me retrouve encore brisee moralement. Je ne veux pas voir personne, je ne pourrais pas regarder la vie dans les yeux. De mon point de vue je suis pire que morte, je suis toxique.  Et ca me rends agressive.   Jai mal…

Pourquoi ça ne pars pas?  Une autre journée de gaspillée – ne pas penser à la crampe dans le bras et l’épaule, ni à la douleur pointue du piccline qui tire sur les points sous le bandage qui frotte et l’écrase chaque fois que je bouge le bras.

Ne pas penser au pincement de la clavicule et du nerf le long du cou, qui se rends jusque sous la machoire et se mêle à la migraine…

Et pas chercher à savoir si les brûlements d’estomac sont plus facile à supporter que ceux produits par les intestins en feux…  Re-tentative pour dormir là-dessus….  

Oups, la douleur profonde des métastases aucreux des rein me rapelle de ne pas m’allonger si je n’ai pas pris mon antidouleur auparavant.

Aredia (Pomidrenate)

Je recevrai cette tisane aujourd’hui.  Les os et le tube digestif à vif par la chimio de jeudi dernier me font craindre le pire pour les effets secondaires.

… Suite:  Voilà c’est fait – Douleurs aux os, mais la douleur au niveau du sternum est la pire, et les médocs contre les brûlements ne font rien.  Je reste couchée ou tranquille en attendant que ça passe, aie aie aie.

CHIMIO No.3 : Pourquoi tout est si compliqué?

  • Hier soir (jeudi, chimio numéro 3) à 21h00,  j’avais les neuropathie dans les doigt, les levres et c’était comme être assises dans un bateau à moteur.
  • Aujourd’hui, on dirait que j’ai mangé un coup de marteau dans les dents – j’ai pourtant juste mangé un croissant aux oeufs. Même un biscuit aux brisures de chocolat m’érafle l’intérieur des joues!

………………………

Tout à commencé la semaine passé, lorsque l’on m’a dit que ma chimio était reportée dûe à des globules blancs trop bas.  (1)  On me donne rendez-vous pour cette semaine, jeudi à 11h00 am.  Le lendemain (2) ils me rappelle et me disent que le rendez-vous est changé pour 9h00 am.  La veille de ma chimio le mercredi donc (3), ils m’appellent en fin de journée pour me dire que le rendez-vous est déplacé à 16h30.  Le matin du jeudi, on me rappelle encore (4) pour me dire que c’est plus tôt, comme vers 14h30, et on « m’accuse » de ne pas avoir dit à la secrétaire la veille que j’avais une sinusite et que je devais voir l’oncologue.  Je réponds, pour me défendre, (un peu outrée aussi) que j’ai commencé les antibiotiques prescrit par le médecin que je n’ai donc pas à le voir, (d’ailleurs, quand est-ce que dire à une secrétaire qu’on doit voir l’oncologue fonctionne – je n’aurais même pas tenté le coup).

Ils ont donc changé mon rendez-vous 4 fois jusqu’à la dernière minute, et m’ont fait sentir coupable d’un de ceux-ci.  Ça, de mon point de vue, c’est cruel, et ce n’est pas parce que c’est moi…  La chimio, les rendez-vous, les examens, la maladie, toute notre vie est à l’envers et il est extrêment difficile de la maintenir en équilibre à tous les jours. Alors ça en plus!

   …………………………. …………….

Finalement, mon conjoint arrive de son travail à 2h30, on est sorti de là 19h00, les gens de l’entretien passaient la vadrouille et les lumières étaient fermées. 

Pourquoi ce qui aurait pu durer 2heures en dure 5 ????  Il y a un sérieux problème.

…………………………………

À 16h45, les lumières commencaient à baisser le secrétariat fermait. Il ne restait plus que moi!   j’ai été voir ou en était mon dossier – « Oh je croyais que vous n’aviez pas de chimio puisque vous êtes sur antibiotiques! » dit la responsable.  Mais ça va, entrez!

…………………..

Presque à la fin, lorsqu’est venu le temps d’injecter le Navelbine (notez que j’étais déjà un peu endormie grace au Bénadryl), j’ai vu la seringue qui était plus grosse que la précédente… à mon souvenir embrouillé de deux semaines auparavant.  Je demande « c’est bien 40 qu’il y a la-dedans »  Et je me demande qui en fait m’a dit que c’était 40 (qui est en charge de dire cela, et pourquoi je n’ai pas posé la question, et pourquoi ne me le dit-on pas automatiquement?)…

On me réponds non c’est 50.

Moi: woh là, c’est sensé est la même dose réduite à 40 que la dernière fois!

Eux:Mais c’est la dose demandée par l’oncologue, voyez, c’est bien indiqué (sur l’étiquette de la seryngue).

Moi: Regardez dans mon dossier, j’ai été trop malade à la premiere dose ils l’ont descendu de 50 à 40!

Elle se lêve de peine et de misere et regarde das mon dossier… Le document n’y est pas. et elle continue de m’ostiner.  Moi je tiens mon bout – j’ai été trop malade je ne repasse pas par ça. Plutot sortir et revenir demain! Je me fout du problème causé par le fait que j’ai déjà eue le Décadron, je veux pas repasser parles meme douleurs pas questions!  L’oncologue m’a bien dit que je recevais la dose réduite encore cette semine!  

Par chance la pharmacienne passe devant nous, on l’arrête et elle dit `la même chose, regarde dans le dossier, dit que le document n’est ps la… mais oh je l’ai peut-être dans mon bureau.  Elle va le chercher, voyant que je ne lâche pas le morceau.

Elle reviens et tiens donc, après 10 minutes d’échanges à s’obstiner voici ce qui en est.   Chimio no.1= 60, chimio no.2 = 50-40.

….Ma premiere dose était à 60!  Personne ne me l’a dit.

Ma deuxième dose a été descendu à 50 -vu les effets secondaire de la chimio numéro un.  (À moi, l’oncologue m’a juste dit que la dose serait baissée). Quand ils ont vu le compte des neutrophiles, ils ont redescendu une autre fois à 40.  (Moi, lorsque je me suis assise pour recevoir cette chimio numéro deux j’ai demandé à combien elle était et on m’a dit 40).  J’avais entendu dire que la dose était parfois descendu pour être mieux enduree et qu’elle était baissée de 50 à 40.  Donc de 10. Alors pour moi c’est comme ça que ça avait été baissé.  Puisque personne n’e ma rien dit.

L’orsque j’ai vu l’oncologue pour cette 3e chimio, elle ne m’a pas dit combien j’aurais mais elle a très bien dit que j’aurais la même dose réduite.  Je n’en avais eue que deux. La premiere qui m’avait rendue malade et la deuxième que j’avais été capable de passer au travers -pas du gateau, mais c’était mieux.

Donc j’ai eue 3 chimio, et pas une avec la même dose.  Mais pour me faire accepter cette dose « réduite »  selon eux, mais qui pour moi était plus forte que la précédente, ils m’ont dit toute sorte de truc pas d’allure toujours en insistant que c’était la dose réduite, sans jamais écouter ce que je disais: que la premiere m’avais rendue malade à vouloir mourir.

………………

Je dois recevoir du Aredia depuis la semaine passée.  Je devais le recevoir le lendemain de cette 3e chimio.  J’ai encore changé la date pour lundi prochain.  Ce Aredia a des effets secondaire qui s’apparente à la grippe – fièvres, courbature, fatigue…  Génial, non?    

………

Mercredi passé, prises de sang, changement de pansement, de tubulure, Heparine, et mise en garde de l’infirmiere, risque d’infection et de rejet du piccline.

Jeudi journée de fou pour la chimio

Vendredi pas d’Aredia mais changement de pansement au CLSC.  La veille l’infirmere de l’hopital a trop serré le pansement.  2e avis d’infection au piccline, elle me suggere de demander la creme pour cela.  L’infirmiere-pivot que j’appelle pour cela me dit d’acheter de la Cortate et que si ça suffit pas l’oncologue me prescrira quelque chose de plus fort.  La cortate?  C’est ce que je met sur mes piqûres de maringouin!!!  J’ai une croute verte et brune autour de mon piccline!  Ok on va mettre de la cortate.

Lundi prochain je reçevrai l’Aredia (2hrs) au CLSC. Changement de tubulure et nettoyage.

Mercredi prises de sang.

Jeudi, si les labo sanguin sont ok, je recevrai la chimio numéro 4.

Pas de bon sang. 🙂  Tentative de jeu de mot

………………………………